Sport à Bayonne

Réfléchir avant d’agir !

Les plateaux sportifs seront tous repensés, progressivement modernisés et optimisés dans le respect absolu des principes de développement durable (récupération des eaux de pluie pour l’arrosage des pelouses) oubliés lors des divers chantiers au Stade Jean Dauger.

Stade Jean Dauger
LE SPORT : parent pauvre !

L’implantation de nos équipements sportifs est inadaptée aux évolutions démographiques de la ville. L’état général des installations ? Pelouses approximatives ou inexistantes, éclairages non homologués de nombreux sites, comme le terrain synthétique en bout de course du stade Jean Dauger, pontons insuffisants sur nos rivières, mur à gauche couvert de la ZUP délabré, fronton Saint Léon à l’abandon, plaine de jeux incohérente de La Floride…En finir avec l’« Algecomania » et son cortège de provisoire qui dure !

  • Le chantier le plus urgent se situera en bout d’enceinte des terrains dits secondaires, où le « champ à patates » indécent sur lequel s’entraînent actuellement les enfants répondra aux normes de compétition et sera entouré d’une petite tribune végétalisée, côté route. Sous les gradins (500 places), la salle de réception de l’école de rugby de l’Aviron Bayonnais et des clubs qui ont un besoin criant de lieu de vie après leurs rencontres.

Stade Didier Deschamps
  • La priorité sera d’élever des tympans latéraux de protection dans les tribunes. Deux terrains synthétiques devront être ajoutés, à vocation foot.

Site du Prissé
  • Aucun des terrains ne sera supprimé tant que la solution de la nouvelle Plaine Olympique ne sera pas effective. Deux sites seront étudiés de près : les hauteurs de Saint Etienne et Bacheforès dont il va falloir imaginer et créer le « nouveau souffle ».

Site de la Floride
  • L’emprise des anciens jardins familiaux sera optimisée (2 terrains supplémentaires de compétition pour le foot afin de laisser le rugby s’organiser en haut). Un petit gradin, avec remises et salle de réception, sera élevé entre le premier terrain et le gymnase universitaire.

Piscine de la ZUP
  • Le choix du nouveau site de la piscine, déjà contestable, n’exonérera pas la ville d’une vraie réflexion sur le projet d’un bassin olympique pour notre agglomération. Equipement certes onéreux mais dont le manque tient une nouvelle fois toute notre région en dehors du circuit des grandes compétitions. Bayonne Par Coeur peut compter sur l’appui d’un grand opérateur intéressé par ce projet et son exploitation commerciale. Nous ferons une proposition intercommunale. Une réorganisation d’une partie du bâtiment de l’actuelle piscine intégrera la problématique d’un local assigné à l’ASB. Quant au terrain voisin, il sera revitalisé.

Lauga
  • Vraie modernisation de la salle et de ses dépendances, à la traîne sur de nombreuses homologations. Un synthétique s’imposera à l’arrière pour le foot et les scolaires.

Nos grands défis :
  • Affirmation de la vocation de « grand stade de ville » de Jean Dauger (15 à 20 000 spectateurs assis). Fin des rafistolages de cette enceinte prestigieuse. Première étape avec l’édification du virage sud dont le corps abritera des espaces consacrés à certaines sections et aux réceptions VIP. Regardons les opérateurs privés porteurs de projets ambitieux sur le Stade Jean Dauger, les yeux dans les yeux. Halte à la sollicitation du contribuable pour du sport pro ! Notre stade doit revendiquer son statut de référence du rugby basque. Sport Bayonne et sa magie populaire feront le reste les jours de match !
  • Transfert du fronton au Petit Bayonne (voir page 8). La tribune de face bénéficiera ainsi d’un dégagement arrière qui manque aujourd’hui cruellement les jours de match (blocage très gênant de la rue Montalibet). Le ratage de cette tribune relève avant tout d’une commande politique précipitée.
  • Déplacement rive droite de la piste d’athlétisme avec toutes les installations de ses diverses disciplines vers la nouvelle Plaine Olympique (véritable laboratoire du sport) dont l’animation professionnelle et commerciale s’appuiera sur un partenariat avec un grand groupe d’équipement sportif. Piétinée quotidiennement par les crampons des rugbymen dont la cohabitation avec les scolaires est impossible à long terme, la piste n’a jamais reçu de compétition. Le sport de masse ou qui participe de la formation des athlètes se développera sur la Plaine Olympique. Deux sites ont retenu notre attention sur les hauts de Bayonne et à Bacheforès.
  • Construction de quatre courts de tenniInstauration d’une politique d’événementiels sportifs dignes de ce nom et de la diversité des pratiques de pelote basque au Trinquet Moderne ou l’animation sportive est pratiquement inexistante.s couverts pour la section tennis de l’Aviron Bayonnais.
  • Redéploiement du personnel municipal. Moins de 10 employés municipaux sont affectés directement aux missions de maintenance des équipements. Dotation d’un matériel digne de l’entretien moderne des pelouses.
  • Réflexion sur l’intérêt de l’achat du golf de Bassussarry sur des fonds publics si c’est pour ne jamais y faire évoluer les enfants de nos écoles bayonnaises, pas plus que ceux du Pays Basque.
Separator image .